Auguste François (1857-1935)

English

Sommaire de cette page

*  Qui était Auguste François

*  Auguste François par lui-même

*  Association Auguste François

*  Actualité d’Auguste François

*  Développements

*     Publications

*     Quelques textes d’Auguste François

*  Liens vers d’autres sites

 

Qui était Auguste François

Connu en Chine sous le nom de 苏雅 (Fang Su Ya), Auguste FRANÇOIS (1857-1935), ministre plénipotentiaire et forte personnalité, a donné sur son époque un témoignage exceptionnel.

Lorrain, il débute une carrière administrative à Arras, puis à Nancy et Paris.

Rattaché aux Affaires étrangères en 1885, il est lancé, un peu par hasard, dans une carrière diplomatique en Extrême-Orient. A la fin du XIX° siècle – avec l’intermède d’une mission consulaire au Paraguay (1894-1895) – il effectue plusieurs missions au Tonkin (1886-1887) puis en Chine (1896-1904), où il se trouve dans une situation d'autonomie exceptionnelle.

Consul général de France et délégué du Gouvernement, confronté aux rivalités, aux intérêts contradictoires de nos administrations centrales (Colonies, Affaires étrangères), aux pressions des groupes industriels, aux aspirations religieuses des Missions étrangères, il ne trouve qu'en lui-même le ressort nécessaire pour se faire un jugement et mener son action dans un environne­ment perpétuellement hostile.

Lucide sur les impasses d'une confrontation, même pacifique, avec la Chine, il ne se montre ni boutefeu ni disposé au martyre témoignant néanmoins d'un courage remarquable. Lors des soulèvements xénophobes de 1900 son consulat fut assiégé et pillé par les émeutiers chinois. Le sang froid dont il fit alors preuve, et qui valut la vie sauve à tous ses nationaux qu’il avait regroupés, lui mérita un moment de célébrité. Son nom demeure aussi associé au chemin de fer du Yunnan dont il avait été chargé de négocier la concession.

Esprit curieux et indépendant, observateur amusé et infatigable, dévoré par le besoin de raconter à ses amis parisiens, il fait montre d'un talent d'écrivain exceptionnel.

Photographe passionné, il réalise des milliers de clichés d'une Chine encore intacte des influences occidentales. Dès 1901, six ans après l'invention du cinématographe, il tourne au Yunnan des images d'un intérêt ethnographique indéniable.

 

De ses voyages il avait rapporté de nombreuses collections réparties aujourd’hui entre différents musées français.

 

Auguste François par lui-même

(Extraits des correspondances d’A. François, publiées dans « LE MANDARIN BLANC ».)

 

(Sur sa vocation pour l’Extrême-Orient)

AF : « En 1885, il fallait me résoudre à la sous-préfecture alors que la cuisine de politique électorale n’avait rien qui me séduisit. Mais la conquête du Tonkin s’achevait, le ministère des Affaires étrangères demandait du personnel à celui de l’Intérieur. Je changeai avec joie. Quinze jours plus tard, je m’embarquais pour l’Extrême-Orient. Je devins le premier Résident de France à Son-Taÿ en 1886. » (MB p. 38-39)

 

 

(Sur son expérience administrative au Tonkin et la façon de communiquer avec ses administrés – 1886)

AF : « Jeune homme, j’avais à gouverner, presque sans contrôle, un territoire immense ; j’avais à réprimer et à pacifier, disposant du pouvoir redoutable de faire tomber des têtes. Cela marque. » (MB p. 39)

 

AF : « Mon lettré interprète est un catéchiste prêté par la Mission ; je converse avec lui par le moyen du latin qu’il a appris des bons pères et de celui qui subsiste de mon bachot. Nous avons pu nous enseigner réciproquement quelques bribes de français et d’annamite. Je commence à chanter assez agréablement du nez un certain nombre de mots pratiques et même à les écrire. Je reconnais, à ma honte, que Nguyen-Van-Trac est plus avancé dans la pénétration de notre idiome ; mais il faut ajouter qu’il reçoit aussi les leçons des zouaves nos voisins et qu’il enrichit là singulièrement son vocabulaire. » (MB p. 54-55)

 

 

(Sur ses sentiments lors des soulèvements xénophobes et du siège du consulat – Chine, 1900)

AF : « Dame ! c’est austère. Quand on se sent entre ces lignes de soldats chinois - qui n’ont pas ce qu’on peut appeler des têtes sympathiques, les tridents, les hallebardes, les étendards dentelés, le mugissement des trompes et le son des gongs pèsent sur l’esprit ; c’est forcé… » (MB p. 289)

 

AF : « On n’imagine pas la douceur de cette sensation qui consiste à se dire : « Eh bien ! mon Dieu, si cela tourne plus mal, nous nous ferons sauter le caisson ». Voyez-vous, le tout est de supprimer l’inquiétude d’esprit par l’adoption d’une décision. Rien n’est ennuyeux comme de ne pas savoir ce que l’on pourrait avoir à faire ; tandis qu’une fois que l’on a pris son parti, on trouve la sérénité. » (MB p. 289-290)

 

AF : « J’ai passé dans cette nuit du 10 juin 1900 des minutes inoubliables. Pendant que la populace déchaînée hurlait à dix mètres de nous, je ne me suis jamais senti plus de calme et de liberté dans mes jugements. L’état d’esprit de mes compagnons était également excellent : tous montraient courage, fermeté et bonne humeur. J’avais pris la résolution de ne faire feu que lorsqu’il deviendrait trop stupide de se laisser massacrer. Au moment critique, je rappelai avec le plus grand sérieux que la politique du Gouvernement devait être avant tout pacifique et que la conquête du Yunnan ne pouvait se faire que par des procédés économiques et avec des sentiments amicaux. L’effet de cette déclaration dans un moment comme celui-là eut un succès fou. Un rire homérique me répondit. Les missionnaires eux-mêmes se tenaient les côtes. » (MB p. 263-264)

 

AF : « Pour moi, l’idéal consiste à vivre à ma guise, dans la plus complète indépendance et à ne pas m’enliser dans la banalité. Vivre d’action et puis, le moment venu, souffler ma chandelle en souhaitant bonsoir à la compagnie. Aussi, malgré le poids des responsabilités qui pèsent sur moi en ce moment, je ne donnerais pas ma place pour un empire. » (MB p. 263)

 

 

(Sur ses sentiments envers la Chine – 1904)

AF : « Fouler une telle nature, vierge encore de voies ferrées, de poteaux et de fils télégraphiques, est un enivrement. Mais c’est surtout le spectacle de la population qui est pour transporter l’imagination. Les gens qui s’agitent devant moi sont les représentants d’une civilisation qui dure depuis plus de cinq mille ans. » (MB p.377)

 

AF : « Cinq fois je suis revenu, à des époques différentes ; onze années j’ai vécu dans cette Chine pouilleuse, usée, râpée, sans cesser d’en ressentir l’attirance, sans avoir épuisé l’étonnement, la curiosité et l’intérêt qui se dégagent de cette chose énorme, de ce monde étrange, de sa monstruosité. J’ai parcouru son sol, ses fleuves, sur des milliers de lieues ; mes semelles même ont couvert plus de huit mille kilomètres de ce qu’on nomme des routes ; je n’attends plus beaucoup d’inconnu et cependant, au moment de la quitter, cette Chine, je me sens entraîné par une sorte de vertige à m’enfoncer encore dans sa masse, à faire le tour de son énormité. » (MB p. 376)

 

 

(Sur sa philosophie – 1903)

AF : « J’accepte toutes les situations avec une sereine philosophie. Je ne m’insurge contre aucune destinée, je ne cherche pas à la mener, je ne suis pas de ceux qui se sont fixé un but ; je prends ce qui passe, pourvu que cela ne nécessite pas des pincettes. Si parfois mon attente n’est pas pleinement réalisée, il ne subsiste pas d’amère déception. N’ayant à pourvoir qu’à moi, la vie matérielle m’importe peu. J’aurai toujours quelque part un soleil pour m’égayer, une nature à contempler et des étoiles pour y bailler. Je ne vois l’existence ni en noir ni en rose ; elle est grise et verte comme la nature, avec de beaux tons de grisaille et des feux de lumière dans les arbres. » (MB p. 325-326)

 

Retour au début

Association Auguste François

 

L’Association Auguste FRANÇOIS - (A.A.F.) : Créée à Paris en 1990, l’A.A.F. s'est donné pour but de faire connaître le personnage dont elle porte le nom. Pour cela, elle a entrepris le recensement, la sauvegarde et la publication de son œuvre. L’association et plusieurs de ses membres conservent une partie importante de ses écrits et de ses photos.

 

*   Adresse :                     14 bis, avenue Bosquet - 75007 Paris (France)

*   Téléphone :                   00 33 – (0) 9 52 97 75 85

*   E-mail :                        auguste.francois@libertysurf.fr

*   Page web :                  http://augfrancois.chez-alice.fr

 

Retour au début

 

Actualité d’Auguste François

 

16 décembre 2016 - 5 janvier 2017 - Kunming (Yunnan) :

 

Exposition « Mémoire d’un siècle – Le Yunnan au temps des Qing ».

 

Université de Finance et d’Economie du Yunnan à Kunming (Chine).

80 photographies d’Auguste François.

 

     

 

 

19 juin 2016 - Kunming (Yunnan) :

 

Pose de la première pierre du « Parc Auguste François ».

 

Plusieurs membres de l’association ont participé à l’inauguration d’un nouveau jardin public baptisé Parc Auguste François. Ce petit jardin est situé dans le quartier de Panlong en pleine transformation. Il est proche de l’ancienne gare du Nord devenue musée du chemin de fer. Les discours des officiels retransmis par haut-parleurs étaient entrecoupés de musique et de tirs de pétards. La cérémonie s’est terminée par l’installation d’une stèle, suivie d’un french cancan exécuté par des danseuses chinoises devant une photo géante de l’ancien consul.

 

     

 

 

2014 / 2017 - Jianshui (Yunnan) : De nombreuses photographies d’Auguste François sont exposées dans plusieurs lieux très visités comme la Maison de la famille Zhu et l’Arche Chaoyang.

 

          

 

    

 

 

 

Longzhou (Guangxi) : Exposition dans l’ancien consulat français.

 

        

 

 

 

Du 19 novembre 2015 au 27 mai 2016 :

 

Exposition « Si loin si proche - Objets d’ailleurs dans les intérieurs européens » - Photographies 1870 - 2015

 

Musée d’Ethnographie de l’Université de Bordeaux

3 ter, place de la Victoire, 33000 Bordeaux

 

L’exposition présente 58 photos montrant chacune le salon d'une personne célèbre. Le catalogue reproduit et commente chacune des photos. La première d’entre elles montre le salon d'Auguste François à Pen-Mur en 1907. Parmi les autres intérieurs représentés figurent notamment ceux de Paul Guillaume, M de Vlaminck, Peggy Guggenheim, Jacques Doucet, Helena Rubinstein, Gabrielle Chanel, Y Saint-Laurent, G Apollinaire, G Clemenceau, Sacha Guitry, P Claudel, Sigmund Freud, V Segalen, A Giacometti, Otto Dix, André Breton, A Malraux, A Moravia, Cl Lévi-Strauss, Arman, E et J de Goncourt, P Loti, Fritz Lang, Picasso, Braque, Garouste, Juliette Drouet/V Hugo, A David-Néel, H Cernuschi, . . .

Cette exposition devrait ultérieurement être présentée au musée de la Compagnie des Indes à Lorient.

 

 

 

Du 15 juin au 15 octobre 2015 en Lorraine.

 

Dans le cadre du programme Mémoire de voyage en Chine, le consul Auguste François a été l’objet d’un hommage exceptionnel rendu par Lunéville sa ville natale et la Lorraine à travers plusieurs manifestations :

 

- Lunéville, Tour de l'église Saint-Jacques : photos d'Auguste François sur la Chine du début du XXe siècle (scènes de la vie quotidienne, etc.) / objets ayant appartenu à Auguste François / décor restituant l'art de vivre à la chinoise fin XIXe - début XXe siècle.

 

- Château de Fléville (Fléville-devant-Nancy 54710) : collection d'Edith de Miramon / photos d'Auguste François (essentiellement les paysages de Chine) / le dîner du Consul (table dressée en faïence de Lunéville)

 

- Lunéville, Maison du Tourisme, 2 rue de la Tour Blanche : photos d'Auguste François / pièces en faïence “décor au chinois”

 

-  Lunéville, 12 place Saint-Jacques, 18 juillet : pose d’une plaque sur la maison natale d’Auguste François.

 

- Lunéville, Gare SNCF, à partir du 1er septembre : photos évoquant la construction du chemin de fer du Yunnan.

 

-  Lunéville, 19 septembre : inauguration d’une rue Auguste François et conférence avec projections.

 

Commissaire d’exposition : Jean-Louis Janin Daviet pour la Mairie de Lunéville.

 

 

 

 

 

Du 21 janvier au 6 avril 2015, Musée Guimet (MNAAG), 6 place d’Iéna, 75116 Paris :

 

Exposition « Un train pour le Yunnan - Les tribulations de deux Français en Chine »

65 photographies d’Auguste François et de Georges-Auguste Marbotte.

 

 

 

 

Du 5 décembre 2014 au 24 janvier 2015, Bibliothèque du Parc Ronsard, rue Poterie, Vendôme (Loir-et-Cher) :

 

Exposition «Auguste François, l’Iconoclaste : Photographies »

en partenariat avec l’Université du Temps Libre du Vendômois.

 

 

 

L’Iconoclaste

L’histoire véritable d’Auguste François, consul, photographe, explorateur, misanthrope, incorruptible et ennemi des intrigants

 

Boris Martin

Les Editions du Pacifique, Paris, 2014

208 pages · 210 x 260 mm · 38,50 €

ISBN : 978-2-87868-174-1

 

 

Exposition de photographies prises en Chine par Auguste François (1896-1904)

du 7 mai au 27 juin 2014

Galerie des Editions du Pacifique

5, rue Saint-Romain, 75006 Paris

 

En plus de la cinquantaine de photos accrochées, un diaporama permet de découvrir un grand nombre de photos inédites.

 

 

 

 

 

 

Du 10 janvier au 6 octobre 2014, Musée des Arts asiatiques, 405 Promenade des Anglais, 06200 Nice :

 

Le Conseil général des Alpes Maritimes propose

« Auguste François - Un diplomate français en Chine 1896-1904 »,

Exposition de photographies organisée avec le concours du musée national des Arts asiatiques - Guimet.

Ouvert tous les jours, sauf le mardi et le 1er mai, de 10 h à  17 h - Entrée libre.

 

On peut y voir un film rare « Auguste François en Chine » produit par l’Association Auguste François à partir d’images cinématographiques tournées au Yunnan par Auguste François entre 1900 et 1904.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 Décembre 2013, Saint-Denis 97400 La Réunion :

 

« L’œil du consul », film de Jorge Amat, a été sélectionné par l’association Protea pour le 4° Festival du film documentaire du 7 au 14 décembre 2013 à Saint-Denis sur le thème : Révoltes populaires au XX° siècle.

Projection le 12 décembre à 19h au Cinéma Ritz, 53 rue Juliette Dodu précédée à 17h d’une conférence d’Alain Roux, sinologue professeur à l’INALCO.

 

 

Du 14 Septembre au 5 Octobre 2013, le Cateau Cambrésis (Nord) :

 

« L’œil du consul - Auguste François en Chine 1896-1904 »

Exposition de photographies à la Bibliothèque municipale.

Le vernissage a été précédé d’une conférence avec projection d’un diaporama sur Auguste François.

 

 

 

12 Juin-21 Juillet 2013, Centre culturel d’Espagne « Juan de Salazar » à Asunción (Paraguay) :

 

Cet impressionnant tableau de chasse devant lequel posent les officiels en

compagnie de l’ambassadeur d’Espagne est une photo réalisée par Auguste

François en 1894. Elle figure avec d’autres dans l’exposition « Chaco » qui

rassemble des œuvres de plusieurs artistes ou photographes, contemporains

ou plus anciens, qui se sont intéressés à cette vaste région naturelle que se

partagent le Paraguay, la Bolivie et l’Argentine.

 

 

 

 

 

 

 

Octobre 2012, à la Mairie du 7° arrondissement à Paris :

Exposition de photographies « Auguste François en Chine 1896-1904 ».

 

 

 

 

2012 - Exposition en Lorraine « L’œil du consul - Auguste François en Chine 1896-1904 ».

 

Villers-lès-Nancy (54) : du 16 février au 4 mars 2012 au château de Mme de Graffigny, dans l’agglomération de Nancy.

En partenariat avec la municipalité de Villers et les Amitiés Franco-Chinoises Nancy-Lorraine.

L’exposition accompagnée de projections cinématographiques et de diaporamas présente un grand nombre de photos inédites.

 

 

 

2012 - Conférence à Paris au Quai d’Orsay.

 

Description : C:\Users\Pierre\Desktop\diplo.JPG

 

 

2011 - Exposition « Ecrivains diplomates »

 

Au Centre des Archives diplomatiques à La Courneuve (93), du 12 mai au 15 juillet 2011,

- Au Musée d’Histoire à Saint-Denis (93), du 15 septembre au 31 octobre 2011

 

Sous le titre « Ecrivains diplomates », une exposition itinérante organisée par le Ministère des Affaires étrangères a présenté des documents concernant un certain nombre de ses agents célèbres. Parmi les documents exposés, un tapuscrit et des photos d’Auguste François côtoient des manuscrits de Châteaubriand, Lamartine, Claudel, Morand, Giraudoux, Saint-John Perse, Romain Gary ou Auguste Pavie. Le service des archives a même demandé à l’association de pouvoir diffuser en continu la vidéo « Auguste François en Chine 1896-1904 ». Elle faisat le pendant d’un diaporama consacré à Claudel et Darius Milhaud.

 

 

 

 

2011 - 6ème Biennale de Curitiba (Brésil)

 

- Du 18 Septembre au 20 Novembre 2011 au Museu da Fotografia : A l’occasion d’une importante manifestation réunissant des œuvres de nombreux artistes internationaux dans une des capitales culturelles du Brésil, un grand espace a été réservé à la présentation de photos réalisées par Auguste François au cours de sa mission au Paraguay en 1894 et 1895.

 

M. Ticio Escobar, ministre de la Culture du Paraguay,

Mme Ana de Hollanda, ministre de la Culture du Brésil

et Mme Adriana Almada, présidente de l’AICA et co-commissaire

de la Biennale lors de l’inauguration le 17/09/2011.

(Photo IPAR – Instituto Paranaense de Arte)

 

 

2011 - Paraguay : Exposition « Auguste François en Paraguay, Fotografias 1894 - 1895 » au Centre culturel de la République El Cabildo à Asunción, du 15 mars au 4 avril 2011.

 

Organisée par le Centre Culturel de la République El Cabildo, l’Ambassade de France au Paraguay et l’Alliance Française d’Asunción, l’exposition a été inaugurée le 14 mars 2011 en présence du Président du Congrès de la République du Paraguay. Le livre catalogue bilingue espagnol et français y a été présenté.

 

Cette manifestation prenait place dans le cadre du Bicentenaire de l’Indépendance du Paraguay et du Mois de la Francophonie.

 

Elle faisait suite au dépôt par l’association au CCR El Cabildo, pour y être conservée et mise à la disposition des chercheurs, d’une copie numérisée de l’ensemble des documents que le consul avait rapportés de sa mission : photographies, récits, cartes concernant le pays mais aussi l’Argentine et le Chili.

Ce dépôt réalisé le 27 mai 2010 entre les mains de la directrice du Cabildo par l’ambassadeur de France au Paraguay en présence de l’ex-ambassadeur du Paraguay à Paris, avait aussitôt été salué par la presse locale.

 

 

 

 

 

 

 

 

2010 - Centenaire du chemin de fer du Yunnan

 

En France comme en Chine, plusieurs manifestations ont marqué le centenaire de l’inauguration de la ligne de chemin de fer créée par la France au Yunnan. Auguste François avait été chargé d’en négocier la concession avec les autorités chinoises.

 

- A Kunming, en mars, le quotidien, Chuncheng Wanbao, a publié une série d’articles autour de photos d’Auguste Marbotte sur la construction du chemin de fer qui ont fait l’objet d’une exposition.

 

- A Kunming également, au musée provincial du Yunnan, une importante exposition inaugurée le 31 mars, confrontait des photographies anciennes et récentes retraçant la construction et l’histoire de la ligne. Cette manifestation était patronnée par les autorités officielles du Yunnan avec participation du consulat vietnamien.

 

- A Pékin, le Centre Culturel Français a présenté du 6 au 30 novembre 2010 une exposition de photos récentes d’Adeline Cassier sur le chemin de fer du Yunnan.

 

- Un documentaire chinois de 2 heures ½ consacré au chemin de fer du Yunnan a été réalisé par la télévision de Kunming et la télévision du Fleuve Rouge.

 

 

 

En librairie

 

 

 

 

 

 

- « LE MANDARIN BLANC - Souvenirs d’un consul en Extrême-Orient 1886-1904 »

 

Auguste François

 

379 pages

 

Editions l’Harmattan, 7 rue de l’Ecole Polytechnique, 75005 Paris.

 

Pour commander en ligne : http://www.editions-harmattan.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« LE CONSUL QUI EN SAVAIT TROP - Les ambitions secrètes de la France en Chine »

 

 

Désirée Lenoir

 

432 pages

 

Nouveau Monde Editions, Paris Juin 2011

 

 

 

 

 

 

 

Dans les musées

 

Musée du Quai Branly : La base de données consultable sur Internet (www.quaibranly.fr) permet de voir en photo plus de 500 objets ethnographiques mais aussi des instruments de musique et des textiles provenant des collections d’A. François désormais conservés par le musée. L’iconothèque dont l’inventaire n’est pas terminé conserve aussi quelques unes de ses photos.

 

 

Sur le Web

 

Sur Internet de nombreux sites, notamment chinois, traitent d’Auguste François, de ses photos, de son rôle dans les relations franco-chinoises ou du chemin de fer du Yunnan. On peut aussi visionner en ligne des documentaires chinois en version originale ou sous-titrés en anglais.

 

 

Vidéo

 

L’œil du consul : Le documentaire de 50 minutes réalisé en 1999 par Jorge Amat pour France 3 est disponible en VOD sur la plateforme www.medici.tv

 

    

 

 

Télévision

 

- ARTE : Le petit train du Yunnan : Documentaire d’Ingmar Trost sur le chemin de fer du Yunnan. (ZDF – Florianfilm, Cologne, 2008).

 

1ère partie : De Haiphong à Hekou (Durée 43 minutes)

 

    Diffusé en France la première fois le 22 décembre 2008 à 19h00, il a été aussi diffusé en Allemagne.

 

 

   

 

 

 

2ème partie : De Hekou à Kunming (Durée 43 minutes)

 

    Diffusé en France la première fois le 23 décembre 2008 à 19h00, il a été aussi diffusé en Allemagne.

    .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ventes publiques

 

- Des VENTES DE PHOTOGRAPHIES ANCIENNES ont eu lieu à l’Hôtel Drouot à Paris les 12 avril et 14 décembre 2006 puis le 19 mars 2008.

Elles comportaient un grand nombre de documents d’Auguste François concernant le Tonkin ou la Chine du sud entre 1886 et 1904 : albums, tirages sur papier, plaques négatives, images cinématographiques sur folioscopes, récits dactylographiés, ...

Parmi les nombreux acheteurs français ou étrangers figure notamment le Musée Gaumont. Plusieurs lots ont été préemptés par des institutions publiques françaises dont le ministère des Affaires étrangères.

 

              

 

 

Développements

*  Expositions en France ou à l’étranger : Seule ou en partenariat avec d’autres institutions, l’Association Auguste François étudie des projets d’expositions autour de l’œuvre photographique d’Auguste François.

 

* Nouvelles publications : De nombreux textes d’Auguste François sont encore inédits. Ces écrits assez variés donnent un éclairage complémentaire sur différentes périodes de la vie et de la carrière de l’auteur : épisodes de sa vie parisienne au Quai d’Orsay vers 1893 ou de sa mission consulaire au Paraguay en 1894, notes de voyage en Palestine en 1909, etc. Une grande quantité de photographies encore inédites en rapport direct avec les textes devrait permettre de les mettre en valeur.

 

*  Sauvegarde du patrimoine photographique : Un très gros travail a déjà été accompli. Transfert sur supports modernes d’images cinématographiques, numérisation de documents et de photos, transcription de textes manuscrits. Beaucoup reste à faire.

Le musée Guimet a le projet d’un catalogue numérique incluant la totalité des clichés asiatiques d’Auguste François.

 

*   Inventaire et recherche : Il existe de très nombreuses photos, correspondances, documents, rapports, cartes, objets qu’Auguste François, aidé de son collègue Jean-Joseph Beauvais, n’avait cessé d’adresser à ses amis comme à toutes sortes d’institutions : Affaires étrangères, Sté de Géographie, Sté d’Anthropologie, Missions étrangères, musées, Langues’O, archives chinoises, etc. Le travail de repérage et d’identification est loin d’être achevé.

 

*   Echanges culturels franco-chinois : Des expositions et publications ont été l’occasion d’échanges avec différents interlocuteurs chinois. Ces contacts sont loin d’avoir épuisé toutes leurs potentialités.

 

*  Coopération avec les institutions publiques ou privées : Pour la mise en valeur des collections et assurer la pérennité de leur conservation, l’Association entretient et recherche des contacts avec les responsables d’institutions s’intéressant à l’Extrême-Orient, à la photographie, à l’ethnographie.

 

*  Paraguay : Auguste François a été consul à Asunción en 1894-1895. Longtemps restés inédits, les récits et photographies rapportés de cette mission ont été numérisés. Les démarches pour en assurer la conservation et les faire connaître, en France comme au Paraguay, commencent à porter leurs fruits.

 

Retour au début

 

Publications

 

Il existe de nombreuses publications consacrées en tout ou partie à Auguste François, à ses photos ou ses écrits. Certaines sont récentes, d’autres plus anciennes. Il s'agit de livres et d’albums ou d’articles dans des revues ou périodiques, tant en français, qu'en chinois ou en anglais. Quelques ouvrages sont bilingues, français/chinois ou espagnol/français.

 

Plusieurs films et vidéos sont aussi disponibles :

 

Retour au début

 

Quelques textes d’Auguste François

 

Tout au long de son existence voyageuse, Auguste François a laissé divers écrits dans lesquels il évoque des épisodes vécus. Dans un style bien personnel et plein d’humour, tous font preuve de sa curiosité, de son sens de l’observation, de sa grande liberté de jugement. Vous pourrez en juger par les quelques extraits ci-dessous dont certains sont accompagnés de photos de l’auteur :

 

- Eté 1870 à Lunéville (Début de la guerre franco-prussienne)

 

- Les Muongs de la Rivière Noire (Tonkin, 1886)

 

- Le Tonkin en 1886 : Hai-Phong et la baie d’Along

 

- Visite à l’impératrice d’Annam (Hué, 1887)

 

- Visite à Nagoya - Hospitalité du Général Kura-Kawa - Mœurs japonaises (Japon, 1887)

 

- Le restaurant Les Ambassadeurs (Paris, 1893)

 

- Où je recolle le ménage d’Ivry (Paris, 1893)

 

- Les fêtes de l’alliance franco-russe (Paris et Toulon, 1893)

 

- Chasses dans le Gran Chaco (Paraguay, 1894)

 

- Révolution au Paraguay (1894)

 

- L’exhumation des restes du cardinal de Richelieu par Gabriel Hanotaux (Paris, 1895)

 

- Les militaires de Lang-Son (Long-tcheou, 1897)

 

- Domesticité chinoise (Long-tcheou, 1897)

 

- Dîner chez Doumer (Hanoi, 1897)

 

- Inauguration d’un paquebot japonais (Hongkong, 1898)

 

- Lettre à Léon Gaumont (Chine, 1899)

 

- Puces et rats (Yunnansen, 1901)

 

- Voyage en Palestine, 1909

 

 

Retour au début

 

Quelques liens

Vous trouverez peut-être des informations complémentaires en visitant les sites suivants :

 

-            Musée des Arts et Civilisations Asiatiques Guimet, Paris.

 

-            Photos d’Auguste François au musée Guimet - RMN.

 

-            Auguste François dans Wikipédia français

 

-            Auguste François dans Wikipédia anglais

 

-              Interview Photography of China

 

-              Photographes d’Asie

 

-              Baike : Site chinois présentant des photos d’Auguste François (苏雅).

 

-            Wikipédia chinois (苏雅).

 

-            Go Kunming : Magazine chinois d’actualités en anglais où il est souvent question d’Auguste François.

 

-            Musée du Quai Branly, Paris.

 

-            Musée de Lunéville (Meurthe-et-Moselle).

 

-            Musée Pincé à Angers (Maine-et-Loire).

 

-            Musée d’Art et d’Industrie à Saint-Etienne (Loire).

 

-            Musée de Crépy-en-Valois (Oise).

 

-            Musée d’Orbigny-Bernon à La Rochelle.

 

-            Amitiés Franco-Chinoises Nancy Lorraine.

 

-            A.S.P.A.C.B. (Sauvegarde du Patrimoine) à Blénod-lès-Toul.

 

-            Fonds Auguste Pavie (Cambodge, Laos, Viêt-nam) à Dinan (Côtes d’Armor).

 

-            Musée Albert Kahn à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

 

-            Musée Français de la Photographie à Bièvres (Essonne).

 

-            Photographies de Chine de Georges Auguste Marbotte, comptable et photographe au chemin de fer du Yunnan (1903-1908).

 

-            Photographies de Chine (Henan, 1906-1909) par Joseph Skarbek.

 

-            Photographies de Chine début XX° siècle par George Soulié de Morant (1878-1955).

 

-            Ecole Française d’Extrême-Orient.

 

-            Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine.

 

 

Retour au début

 

Page mise à jour le 2 juin 2017